Début décembre

Début décembre

Chants d’oiseaux

Pour ce qui est des chants d’oiseaux, rien à signaler à part quelques chanteurs isolés : une grive draine et une grive musicienne, souvent le matin par beau temps, un grimpereau des jardins qui lançait quelques petites strophes un après-midi, et aussi des chardonnerets. Toujours très bavards, les chardonnerets se regroupent parfois par dizaines dans un arbre et là, ils chantent tous ensemble. C’est souvent l’après-midi, par beau temps. Le jour de leur dernier concert dans les hauteurs d’un grand pin maritime, ils avaient fait juste avant une razzia à la mangeoire. J’imagine que, le ventre plein, ils avaient plus de goût pour ce genre de réunion musicale. CHARDO

À la mangeoire

Les trois mangeoires disposées autour de la maison font le plein de clients. Je ne donne pour l’instant que du tournesol, et on voit tous les jours beaucoup de chardonnerets, des mésanges bleue, charbonnière et nonnette, des verdiers, des sittelles toujours pressées, quelques accenteurs mouchets, des pinsons des arbres, des tarins des aulnes, un ou deux grosbecs, des pinsons du Nord, quelques timides rougegorges… Parfois un geai, énorme comparé aux autres. Dans les arbustes alentour, le merle se gave des baies rouges des cotonéasters, et le rougegorge de celles du laurier-tin. C’est un spectacle amusant de voir le merle sous les branches pendantes et couvertes de baies rouges du cotonéaster. Comme il ne peut pas attraper les fruits du bout des rameaux en étant dans l’arbuste, il saute en l’air depuis le sol avec le bec grand ouvert.

merle

Hulotte, grand-duc, hérons, buses…

À signaler en ce moment les hulottes qui sont de plus en plus sonores le soir, ainsi que les hiboux grands-ducs qui commencent à s’agiter et à chanter aussi. On dit que leur chant annonce la pluie, mais c’est surtout l’amour qui commence à les travailler et, si tout va bien, les accouplements auront lieu vers Noël, et les jeunes grands-ducs verront le jour en mars-avril. Les canards continuent d’arriver d’Europe du Nord, et c’est la meilleure saison pour les observer sur les plans d’eau ou les réserves de chasse. Décembre, c’est aussi le mois où l’on voit beaucoup de hérons cendrés, au bord des rivières et même en plein champ où ils aiment se poser pour casser la croûte. Le menu “plein champ” des hérons est composé de vers de terre, vers blancs, limaces, petits rongeurs et autres petites bestioles… Dans les champs labourés, on voit aussi parfois des groupes de buses qui pâturent, chassant elles aussi les mêmes proies.

Le soir, il n’est pas rare de croiser des chevreuils, des renards pour qui la saison des amours approche, et parfois un blaireau. Le blaireau dort en hiver mais la douceur des températures l’incite à faire un tour, le soir.

Décembre, c’est le moment de planter des arbres et des arbustes, et tant qu’à faire, autant planter des végétaux qui offriront le gîte et le couvert aux oiseaux : genévrier, aubépine, houx, troëne, sureau, prunellier, fusain, viornes, pyracanthas, cotonéaster, pommier à fleurs, sorbier, laurier-tin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *