Fin juillet

Fin juillet

Du côté des oiseaux, seule la vaillante fauvette à tête noire fait encore entendre son chant, à toute heure et en tout lieu. Quelques strophes de pinson, qui lance aussi beaucoup de cris (bzzzit ! cling !). Au village, quelques chants de chardonneret et de serin. Dans la campagne, on entend assez souvent les cris du pic vert (kukuku !), ainsi que les tuit-tuit ! des sittelles.
LES MARTINETS
C’est la saison des jeunes, qui manquent parfois leur saut du nid. Comme ce jeune martinet noir qui a raté son envol et s’est retrouvé au sol, sur la place du village. Recueilli par une jeune amie, l’oiseau a été sauvé en le lançant du haut d’un pré pentu. Il a repris son vol et, si tout va bien, il ne touchera le sol qu’au printemps prochain, à la saison des nids, après un aller-retour en Afrique, au sud du Sahara. C’est le plus “oiseau” des oiseaux, puisqu’il passe toute sa vie dans le ciel, se nourrissant d’insectes volants. Et il dort même en volant !
MARTINET
J’ai sauvé plusieurs martinets tombés au sol, souvent après avoir heurté une vitre. La seule solution, si l’on est en ville, est de le monter au dernier étage et de le lancer doucement par la fenêtre. Un martinet au sol est un martinet mort. Ses longues ailes ne lui permettent pas de décoller. Il faut donc l’aider.
Les martinets sont parmi les premiers migrateurs à repartir, début août.
Nous verrons aussi les premiers passages de cigognes ces jours-ci. Quant aux milans noirs, ils se réunissent chaque soir dans les grands arbres qui leurs servent de dortoir, au bord des rivières. Et là, ils discutent sans doute de la date du départ qui est très proche maintenant, direction l’Afrique tropicale.
Faute d’oiseaux à écouter, il y a les insectes à observer. Les lavandes sont frémissantes de bourdons affairés, de coléoptères et de papillons. Beaucoup de demi-deuils (aux ailes noir et blanc), ainsi que les splendides flambés aux couleurs de zèbre. Quant aux bourdons, j’en ai repéré 3 espèces : le bourdon des champs, le bourdon des pierres, et le plus gros, noir avec 2 bandes jaunes et le cul blanc, le bourdon terrestre. Vu les premières mantes religieuses, encore toutes petites mais déjà rapides.
MARMOTTE
En montagne, c’est le bon moment pour observer les marmottes. Les jeunes broutent et jouent beaucoup autour des terriers. Et avec un peu de chance, on verra l’aigle royal qui, lui aussi, s’intéresse aux marmottes. Les jeunes aigles apprennent à chasser, et la marmotte est un de leurs casse-croûtes préférés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *