Fin Mars

Fin Mars

FAUV TN

16 mars, 10h, une fauvette à tête noire chante dans un épais roncier. Mais elle ne chante que le début grinçant de ses strophes, longuement. Ça grinçouille mais ça ne débouche pas encore sur la partie flûtée de sa strophe. Le 18, elle a retrouvé tout son chant.

Beau concert d’un merle, vers 14 h, tout en haut d’un grand cèdre. Ensuite, il revient tous les jours, surtout en fin de journée, entre 18 et 20 heures. Et il prend beaucoup de risques à se montrer ainsi en silhouette à l’extrême cime de l’arbre. Si l’épervier passe par là…

24 mars, 1er chant du coucou.

COUCOU 2

Vu plusieurs mésanges bleues et charbonnières avec de grosses becquées de foin ou de mousse. Ça bricole dans les nichoirs !

Paysage sonore

Chant joyeux des mésanges charbonnières, bleues et noires, tsip-tsap du pouillot véloce, chant du grimpereau partout dans les bois, roucoulades des pigeons ramiers, les buses tournoient en criant, les grands corbeaux sont bruyants, le merle travaille ses vocalises, premières fauvettes à tête noire, serin très présent, bruant zizi.

RQN

Le rougequeue noir est revenu autour de la maison, sur les bancs, tables, piquets, un beau mâle noir de jais. On entend aussi des grives draines et musiciennes dans les bois, des pinsons, des verdiers qui lancent longuement leur cri nasal. Le rougegorge chante partout, hyperactif, très mobile, il n’arrête pas ! À la fin du mois, le troglodyte est très présent, surtout en matinée.

Les migrateurs arrivent en masse, jour et nuit !

Pigeons ramiers au vol pressé, toujours des pinsons, milans noirs et royaux, le premier circaète, martinet à ventre blanc, fauvettes, pouillots, pinsons, coucou… Vu la première hirondelle rustique le 31 mars. Le rossignol et les martinets noirs arriveront début avril.

MARTINET

Dans les vergers en fleurs, vu une espèce d’engin bas sur roues, tirant une citerne et un pulvérisateur, vaporisant des pesticides à tous les vents.

Une sorte d’engin lunaire, vitré, en forme de cylindre, comme un gros crayon.  À pied, les ouvriers portent masque à gaz et scaphandre intégral, comme des cosmonautes. Comme il y a du vent, une partie des pesticides est emportée, elle retombera bien quelque part.

Les vergers sont aspergés de poison, mais ils sont splendides : pêchers roses, abricotiers, cerisiers, et pruniers blancs.

Chez les fleurs, la mode est au jaune : coucous, jonquilles, pâquerettes, primevères, pissenlits, forsytias et mimosas dans les jardins, premiers colzas dans la plaine.

Toujours beaucoup de violettes, et l’odeur suave des buis en fleurs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *