Fin novembre

Fin novembre

Chants d'oiseaux : le silence !

Pour ce qui est des chants d'oiseaux, c'est le silence total, mais on peut quand même entendre quelques cris : ceux du troglodyte, parfois ponctués par une strophe de chant, cris des geais, comme d'habitude, cris des pinsons qui se répondent de loin en loin, cris des pics verts et des pics noirs, petits cris ténus des rondes de mésanges et des roitelets dans les bois…

GEAI

Les migrateurs continuent d'arriver : des corbeaux freux qui s'installent en plaine, des cormorans et des canards de toutes sortes qui viennent du nord de l'Europe et s'installent sur les plans d'eau tranquilles. Le confluent de la rivière Drôme et du Rhône est un endroit intéressant. Près de Valence, le bassin des Musards, à la Roche-de-Glun est aussi un plan d'eau remarquable, au milieu du village. Il n'y a donc pas de chasseurs. Les cormorans se regroupent le soir dans un "dortoir" et passent leurs journées à remonter les cours d'eau en quête de poisson. Sur le Rhône, les mouettes et les goélands se rassemblent le soir pour dormir ensemble sur l'eau, par dizaines de milliers, dans un coin où ils espèrent ne pas être dérangés. Les étourneaux et les moineaux des villes se regroupent le soir dans les arbres de certaines rues élus "dortoirs".

La saison des amours commence chez les vautours fauves, et il y a de belles parades aériennes à observer près de Rémuzat, dans le sud de la Drôme, ou au col de Rousset, entre Vercors et Diois. Les aigles royaux et les hiboux grands ducs sont aussi d'humeur nuptiale.

Nourrir les oiseaux en hiver

Fin novembre, il est temps de penser au nourrissage des oiseaux. En général, je commence en décembre, quand arrivent les premières gelées, et j'arrête vers la fin février, quand on voit des moucherons voleter au soleil. Les oiseaux n'ont jamais eu besoin des humains pour passer l'hiver, et les nourrir c'est d'abord se faire plaisir. Mais il est vrai que les oiseaux qui ne souffrent pas de malnutrition en hiver se reproduisent mieux au printemps. Il est vrai aussi que le nourrissage permet des observations proches impossibles en d'autres saisons. Un vrai plaisir !

image mangeoire

Après quelques années de nourrissage hivernal, j'en suis arrivé à ne plus donner que du tournesol, et de la matière grasse pendant les grands froids. Les mélanges de graines pour oiseaux sauvages qu'on trouve dans le commerce sont en général peu appréciés et gaspillés, alors que le tournesol met tout le monde d'accord : les mésanges bleue et charbonnière, le gros-bec, les pinsons, chardonnerets, verdiers savent décortiquer les graines. Et sous la mangeoire, le rougegorge et l'accenteur mouchet mangent les miettes qu'ont fait tomber les autres. Les oiseaux, toujours en mouvement, ont un métabolisme élevé, ils assimilent très vite les aliments. Une mésange ingère chaque jour son propre poids de nourriture, soit environ 10 grammes. À la belle saison, c'est assez facile, mais en hiver les oiseaux ont besoin de plus de nourriture pour lutter contre le froid.

CHARDO

Quelques conseils : Essayez de trouver des graines bio, les oiseaux sauvages n'ont pas besoin de traces de pesticides dans leur nourriture. Soyez réguliers dans le nourrissage. Il vaut mieux apporter des graines chaque jour plutôt qu'une grosse quantité de temps en temps. Les oiseaux s'habituent à trouver de la nourriture près de chez vous, et ils sont là tous les jours. Nombre d'entre eux qui prennent l'habitude de se nourrir chez vous chercheront à y nicher. Placez vos mangeoires près d'un arbre ou de buissons où ils pourront se poser. Les oiseaux se perchent d'abord dans les branches proches, vérifient qu'il n'y a pas de danger, puis vont à la mangeoire. Pensez aux chats en suspendant la mangeoire assez haut, et dans un lieu où il n'y a pas de cachette possible au sol, derrière des plantes. Il y a toujours beaucoup d'oiseaux qui picorent sous la mangeoire, et beaucoup de chats qui rôdent ! Même en ville, pourvu qu'il y ait quelques arbres aux alentours, on peut nourrir les oiseaux sur son balcon, ou à sa fenêtre. 

Il existe des dizaines de modèles de mangeoires. Vous pouvez en trouver une foultitude dans le catalogue de la LPO. Les mangeoires "plateau" ont un inconvénient : les oiseaux y lâchent parfois quelques fientes dans les graines, ce qui risque d'intoxiquer les suivants. Un toit au-dessus du plateau évitera aux graines d'être mouillées par la pluie ou la neige, ce qui les fait moisir et risque d'intoxiquer les oiseaux. Ces modèles "à plateau", ainsi que les autres, doivent être nettoyés régulièrement. Un coup de brosse ou de raclette avant chaque nouvel apport, et un grand nettoyage par semaine à la brosse et à l'eau de Javel diluée. La LPO vend un désinfectant "spécial mangeoire" à pulvériser. À la maison, j'ai trois mangeoires différentes : une mangeoire plateau et une mangeoire à trémie fabriquées "maison", et un tube de plastique transparent qui accueille 4 oiseaux à la fois. Et chaque mangeoire plaît à certains oiseaux plus qu'à d'autres…

image couv alexis

Ce qu'on peut donner aux oiseaux : toutes sortes de graines : tournesol, millet, blé, avoine, chanvre, maïs, orge… Les plus grosses graines seront concassées au marteau (attention aux doigts et aux graines de lin et de ricin qui sont toxiques). Des noix ou noisettes abîmées, des fruits (pomme, poire, même abîmées), des fruits secs, des restes de repas, pourvu qu'ils ne soient pas salés : graisse, couenne de lard, gras de jambon, pommes de terre, pâtes et riz cuit, fromage desséché… Les boules de graisse du commerce attirent beaucoup d'oiseaux, et d'abord les mésanges. On peut aussi fabriquer des pains de graisse (margarine au tournesol) aux graines ou aux flocons d'avoine et improviser des recettes…Par exemple, vous faites fondre doucement de la graisse (margarine, saindoux), vous y ajoutez ensuite des graines (tournesol, millet, etc.), des flocons d'avoine, des petits morceaux de noix et noisettes, des raisins secs, du riz cuit… Vous versez le tout dans une ou plusieurs boites en carton, ou des pots de yaourt. Quand le mélange est refroidi et solidifié, vous déchirez le carton, et il ne vous reste plus qu'à porter votre plat à la mangeoire, ou dans le creux d'un arbre.

Évitez absolument le sel et les aliments salés. Évitez aussi le pain sec et les biscottes qui vont gonfler dans l'estomac et risquent de provoquer des problèmes digestifs.

Les oiseaux ont besoin d'eau, pour boire et faire leur toilette. S'il n'y a ni cours d'eau ni plan d'eau à proximité, un simple couvercle de poubelle renversé, ou un dessous de pot de fleur posé sur 3 briques fera très bien l'affaire. Une pierre au milieu servira de perchoir. Attention aux chats ! Par temps de gel, remplissez l'abreuvoir d'eau chaude chaque jour.

Bon nourrissage, et belles observations !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *